Soyez généreux, partagez !

Franchise par franchise, c’est parti pour un bilan complet de ce qu’il ne fallait pas rater du 20 octobre au 10 mars. Au menu aujourd’hui les Celtics de Boston.

Autour des 50 victoires, un peu comme le bilan – décevant – de la saison précédente, tout ça en espérant une meilleure ambiance que lors de la campagne 2018-19, où les Celtics n’ont jamais vraiment réussi à être sur la même longueur d’onde. De gros changements avaient eu lieu à l’intersaison avec notamment les départs de Kyrie Irving et Al Horford (mais aussi Aron Baynes, Terry Rozier, Marcus Morris) et l’arrivée de Kemba Walker (Enes Kanter a également débarqué), et les attentes ont ainsi été revues un peu à la baisse. 

LE BILAN

43 victoires pour 21 défaites et une place sur le podium à l’Est, on peut parler de saison réussie pour les Celtics jusqu’ici, même s’ils ont terminé un peu sur les rotules début mars. Mais outre ce bon bilan comptable, on a surtout retrouvé une vraie équipe de Boston. Une équipe solidaire, qui joue bien ensemble à base de basket small-ball, et bien dirigée par Brad Stevens. Bref, on était loin des galères de la saison dernière où tout le monde se marchait un peu sur les pieds. Comme quoi, ce n’est pas toujours la meilleure des choses d’avoir un effectif ultra profond. Les Verts étaient peut-être moins forts sur le papier cette année mais au niveau de l’état d’esprit, c’était le jour et la nuit et on a vu la différence sur les parquets.

L’ÉVÉNEMENT MARQUANT

L’explosion de Jayson Tatum est arrivée. Décevant en tant que sophomore l’an passé au sein du bordel Celtics, Tatum est revenu en force cette année et est tout simplement devenu le patron des Celtics, profitant notamment des bobos du All-Star Kemba Walker. Le jeunot a évolué à un niveau juste incroyable lors des dernières semaines précédant l’arrêt de la saison. L’ailier de 22 ans a enchaîné les performances XXL, tournant à quasiment 31 points et 8 rebonds en février à plus de 49% au tir dont 48% du parking, le tout sans oublier de bien contribuer défensivement. Un basket de superstar, tout simplement. Comme un symbole, Tatum a décroché sa place pour le match des étoiles, son tout premier en carrière. 

L’IMAGE DE LA SAISON

On parle beaucoup de l’ascension de Jayson Tatum à Boston, à juste titre, mais il ne faut pas oublier que l’autre Jay, Jaylen Brown, a également rebondi de manière spectaculaire cette saison, justifiant ainsi sa grosse prolongation de contrat en début de saison. Et s’il y a bien une action qui incarne sa belle campagne, c’est ce poster sur LeBron James lors de la branlée infligée par les Celtics aux Lakers le 20 janvier dernier. Dans cette victoire 139-107, Jaylen a attaqué le cercle et est monté sur le King pour lui dunker dessus. Boum, in your face !

LA SUITE DES ÉVÉNEMENTS 

Vu la saison de Jayson Tatum et à un degré moindre celle de Jaylen Brown, les fans des Celtics peuvent avoir le sourire par rapport à l’avenir. Brown a été prolongé jusqu’en 2024 et Tatum va évidemment être conservé avec un contrat max très bientôt. Ces deux-là représentent le présent et l’avenir de Boston, et ils seront entourés par Kemba Walker, sous contrat au moins jusqu’en 2022. Derrière ce trio, il sera intéressant de voir ce que les Celtics vont faire de Gordon Hayward. On imagine que ce dernier va prendre sa player option à 34 millions de dollars pour la saison prochaine, mais sera-t-il toujours à Boston après la campagne 2020-21 ? Pas sûr..

Après une campagne 2018-19 chaotique, le Boston basketball est revenu sur le devant de la scène. Les Celtics ont retrouvé leurs valeurs et par la même occasion le podium de la Conférence Est, avec au cœur de tout ça un Jayson Tatum tout simplement exceptionnel. La saison ne reprendra peut-être pas, mais les hommes de Brad Stevens ont en tout cas réussi à remettre la marche en avant.

Laisser un commentaire