Les 12 stars de la Coupe du Monde féminine FIBA 2018

120 Views

TENERIFE (FIBA Women’s Basketball World Cup 2018) – La Coupe du Monde féminine FIBA 2018 à Tenerife verra à l’œuvre certaines des meilleures joueuses actuelles.

Voici une petite sélection des stars que nous vous recommandons de suivre de près durant le tournoi :

Breanna Stewart – USA

Son nom est sur toutes les lèvres, ce d’autant qu’ellle vient de remporter la WNBA, avec au passage les titres de MVP de la saison et des finales. Ayant mené Seattle vers un troisième sacre WNBA, ‘Stewie’ est en feu et elle sera la principale attraction de la compétition en Espagne. Il paraissait évident de la mettre tout en-haut de notre liste. Au niveau FIBA, son palmarès compte deux médailles d’or à la Coupe du Monde féminine U19. Elle fera ses débuts en EuroLeague Women le mois prochain avec le Dynamo Kursk. Tous les regards seront tournés vers cette joueuse débordante de talent.

Li Yueru – Chine

Potentiellement la meilleure joueuse asiatique de ces prochaines années et probablement future star mondiale du basketball féminin, Yueru est spéciale. Alors qu’elle n’est encore qu’une adolescente, elle a guidé la Chine vers la troisième place du FIBA Women’s Asia Cup 2017. Auteure d’un presque double-double sur l’ensemble du tournoi (17 points et 9 rebonds par match), elle a été époustouflante. Nous sommes impatients de voir comment elle réussira son entrée sur la scène mondiale à Tenerife.

Diana Taurasi – USA

Réelle prétendante au titre de #FIBAWWC Goat, Taurasi est une légende en WNBA, en équipe nationale des USA, en EuroLeague Women et bien sûr du basketball féminin en général. Elle est susceptible de s’enflammer à tout moment et si un match devient serré, vous pouvez compter sur elle pour livrer la marchandise. Elle approche peut-être la fin de sa carrière, mais elle n’a rien perdu de sa verve offensive et de sa créativité. Son attitude et son intensité n’ont pas changé, donc même si les USA sont apparus vulnérables en préparation, n’oubliez jamais que les équipes emmenées par DT sont toujours redoutables quand cela compte vraiment.

Sandrine Gruda – France

Depuis quelques temps dans le basketball féminin français, on ne parle que de la nouvelle génération de joueuses avec des filles comme Marine Johannès et Olivia Epoupa par exemple. Absente du FIBA Women’s EuroBasket de l’an dernier à Prague, il semblerait que l’élégante intérieure est prête pour réussir un grand tournoi avec la France. L’occasion semble belle pour les Bleues, qui ne sont plus montées sur le podium depuis 65 ans. Si elles veulent mettre un terme à ces plus de six décennies de disette, Gruda devra être à son meilleur niveau. Si son appétit est intact, peut-elle encore faire la différence pour son pays ? Nous pensons que la réponse est oui.

Adaora Elonu – Nigeria

L’an dernier lorsque le Nigeria s’est frayé un chemin jusque sur la plus haute marche du podium du FIBA Women’s AfroBasket 2017, il avait été intéressant de voir comment Elonu s’était établie comme un des piliers de son équipe nationale. Ses performances avaient permis à Evelyn Akhator de faire ce qu’elle sait faire de mieux. Cette fois toutefois, on s’attend à ce que ce soit Elonu qui soit directement sous le feu des projecteurs. Elle a déjà confirmé tout le bien que l’on pensait d’elle en WNBA et en EuroLeague Women, et son ascension n’est de loin pas finie. C’est elle qui guidera la sélection nigériane. Avec Akhator à ses côtés, ainsi que des filles comme Ezinne Kalu, le Nigeria semble armé pour causer pas mal de soucis à ses adversaires.

Evina Maltsi – Grèce

Légende dans son pays et en Europe, elle approche certes de ses 40 ans, mais à la voir jouer on dirait que Maltsi est encore une adolescente. Nous avons pu nous en rendre compte lors du FIBA Women’s EuroBasket 2017 à Prague quand, alors considérées comme des outsiders, les Grecques avaient sous son impulsion réussi à aller aussi loin que les demi-finales. L’ancienne MVP du Women’s EuroBasket est toujours prête à dégainer et ses adversaires devront la surveiller de près, car elle ne se fera pas prier pour les punir avec son adresse aux tirs. Elle sera la cible des défenses, mais elle assurera quoi qu’il en soit le leadership de cette équipe comportant plusieurs jeunes joueuses, qui devront bientôt prendre le relais. Ne soyez pas surpris de voir Maltsi s’illustrer et ne sous-estimez pas la Grèce, car avec sa vétéran, elle peut être renversante.

Liz Cambage – Australie

Certaines de ses formidables statistiques en WNBA n’ont fait que rappeler à quel point Cambage peut être dominante et phénoménale. À quelques minutes de retrouver tardivement ses coéquipières Opals, il ne fait aucun doute qu’elle fera de gros dégâts dans les raquettes. Difficile à défendre, l’intérieure a le potentiel pour être la MVP du tournoi, pour autant que l’Australie arrive à compenser quelques absences clés et à atteindre les derniers stades de la compétition, voire même la finale. La tâche s’annonce compliquée sans sa compère Marianna Tolo et la distributrice Leilani Mitchell, toutes deux blessées, mais Cambage est en forme et elle aime briller. En plus, il se pourrait qu’elle nous fasse nous lever de nos sièges en claquant un dunk.

Alba Torrens – Espagne

La pression qui accompagne le fait de jouer devant son public peut étouffer même les meilleures joueuses, mais Torrens affiche toujours un large sourire quand elle porte le maillot de son équipe nationale. Nous avons pu encore nous en rendre compte l’an dernier au FIBA Women’s EuroBasket qu’elle a gagné, décrochant au passage les honneurs de MVP. Avec le soleil de Tenerife sur son dos, l’admiration des fans locaux et le consentement du coach Lucas Mondelo pour en faire à sa guise, tous les voyants semblent au vert pour elle. Elle est le ‘X-Factor’, parce que si elle arrive à trouver la mire à distance, en plus de déchirer les défenses en transition, elle sera un cauchemar pour ses adversaires. Elle amène de l’énergie, des sourires, de la technique, de l’application et une volonté de se montrer décisive dans les moments cruciaux. De plus, comme la plupart de ses coéquipières, elle a disputé la dernière finale de cette compétition à Istanbul. Une nation tout entière est prête à chavirer.

Park Jisu – Corée

Il paraît insensé de penser que l’intérieure est sur le point de disputer son second tournoi mondial senior alors qu’elle n’est encore qu’une adolescente ! Elle n’avait que 15 ans (oui, vous avez bien lu !) quand elle a été la meilleure marqueuse de son équipe il y a quatre ans à Istanbul. Elle a fait connaissance avec la WNBA et son futur semble très prometteur. Elle aura une nouvelle fois de grandes responsabilités au sein de sa sélection et les observateurs considèrent qu’elle fait partie des 3 meilleures joueuses de sa génération. Une chose est sûre, aucune autre star montante n’a autant d’expérience qu’elle aux niveaux FIBA jeunesse et senior.

Kia Nurse – Canada

C’est incroyable de songer qu’à 22 ans, Nurse est déjà presque considérée comme une des vétérans de son équipe. Ce sera sa seconde apparition dans cette compétition et son septième tournoi majeur en sélection canadienne senior. Elle a tourné à plus de dix points de moyenne aux JO de Rio et depuis, elle a engrangé deux années d’expérience de plus – dont une remarquable saison rookie en WNBA avec le New York Liberty. Évoluant au sein d’une équipe du Canada pas à court de joueuses talentueuses, Nurse sait que tout ne dépendra pas d’elle. Les Canadiennes ont de nombreuses options à faire valoir. Si elle se montre adroite à trois points, elle apportera une raison supplémentaire de se méfier de ce dangeureux collectif. Avec tous ses atouts, y compris sa grande maturité malgré son âge, Nurse pourrait conduire le Canada jusque sur le podium.

Ann Wauters – Belgique

Cette joueuse légendaire a dû patienter toute son illustre carrière pour enfin participer à cette compétition. Elle ne voudra donc certainement pas passer à côté de l’événement – même si les blessures ne l’ont pas épargnée tout au long de l’année en cours. Nous espérons qu’elle aura retrouvé tous ses moyens et qu’elle sera prête à émerveiller le public. Alors qu’Emma Meesseman devrait être l’atout principal de la Belgique, cette dernière ne pourra aller loin dans la compétition que si Wauters est performante. Si elle parvient à encahîner les matches, la Belgique pourrait faire parler d’elle en créant quelques surprises grâce à l’expérience et à la classe de sa meilleure joueuse de tous les temps. Tout le monde croise les doigts pour qu’elle soit en bonne forme.

Sue Bird – USA

Nous ne savons pas par où commencer avec cette autre légende de la WNBA, du Team USA et du basketball féminin en général. Elle vient de remporter à nouveau le titre WNBA et elle l’a fait avec un double-double – 10 points et 10 assists – pour Seattle dans le match décisif. Ceci ne fait que souligner encore une fois ses qualités et son expérience. Bird figure déjà dans les livres d’histoire de la Coupe du Monde féminine FIBA avant d’entrer en jeu à Tenerife : en effet, elle est la seule joueuse à avoir gagné 4 médailles. En cas de triomphe en Espagne, elle décrocherait sa cinquième médaille en 16 ans, avec 4 titres mondiaux à la clé.

 

MLN.

Facebook Comments

%d blogueurs aiment cette page :