Tottenham-Arsenal: le match continue entre Arteta et Conte !

Tottenham-Arsenal: le match continue entre Arteta et Conte !

Read Time:1 Minute, 46 Second

Tottenham a pris le dessus sur Arsenal ce jeudi. Mais le match s’est surtout joué au delà des 90 minutes, avec une opposition à presse interposée entre Mikel Arteta et Antonio Conte.

Tottenham n’a pas raté l’occasion de mettre la pression sur Arsenal. Quatrième de Premier League, les Gunners ont été battus par les Spurs, cinquièmes, hier soir, dans le cadre d’un match en retard. Une victoire 3-0 facilitée peut-être par l’ouverture du score rapide sur un penalty de Kane et un carton rouge pour Holding en première période. Des faits de jeu que Mikel Arteta lui n’a pas vraiment apprécié. Pour le coach d’Arsenal, les décisions de l’arbitres n’ont pas été à la hauteur des enjeux.

A voir :   Tottenham-Arsenal: les compos du derby chaud bouillant !

Le coach d’Arsenal se la joue même style Mourinho. «Si je dis ce que je pense, je suis suspendu pour six mois», rappelant le fameux «If i speak, i’m in big trouble (si je parle, je suis en danger en VF)» du Special One. «Je ne sais pas mentir donc je préfère ne pas dire ce que je pense, a poursuivi le coach espagnol. Je veux que les arbitres viennent devant les caméras et expliquent leurs décisions. C’est dommage car un si beau match a été détruit aujourd’huiQuand on perd un match de football dans ces conditions, c’est douloureux». Mais de son côté, Antonio Conte aussi a répondu.

Conte répond à Arteta

Le coach de Tottenham n’a visiblement pas aimé la sortie de son homologue. « Mikel Arteta est vraiment un bon coach. Il commence à peine dans ce métier, mais je crois que je l’entends beaucoup se plaindre. Je pense qu’il a besoin de plus se concentrer sur son équipe et d’arrêter de se plaindre. (…) Pour moi, le carton rouge est évident », soutenait l’Italien, avant de revenir sur les faits du match aller entre les deux équipes. « Arsenal a été bon pour réussir à reporter ce match à cause du Covid alors qu’il n’avait qu’un seul cas positif. Je n’ai pas oublié cela. S’il veut se plaindre, nous avons plein de raisons de nous plaindre. » Avec Conte, qui s’y frotte s’y pique décidément…