Enquête Sénégal

Ligue des Champions africaine : Teungueth FC, l’éclaircie !

Depuis plusieurs années, le football local sénégalais était dans les abysses de l’oubli. Les clubs sénégalais se sont toujours heurtés aux barrages des compétitions africaines qu’ils ne dépassaient, paradoxalement au niveau du football sénégalais que l’on pouvait renvoyer au reste du monde. Mais ça, c’était avant !

Jaraaf, Diambars, Génération Foot, US Gorée, AS Douanes, Casa Sports…toutes ces équipes ont une chose en commun, après avoir été des clubs sénégalais et d’anciens champions du pays. Ils avaient tous auparavant échoué aux portes des phases de poule de la Ligue des Champions. Il faut dire tout simplement qu’elles venaient s’ajouter sur la très longue liste des champions de la Ligue 1 sénégalaise qui peinent à suivre la Jeanne d’Arc de Dakar (équipe qui végète aujourd’hui en National 1 [3e Division]), dernier club à avoir atteint ce stade de la compétition, dix-sept ans après. Quelle galère ! C’est très décevant pour un pays réputé d’être une terre de football sans avoir néanmoins rien gagner sur le continent. En tout cas, pas encore. Les années se suivent alors et se ressemblent sur la scène africaine. Si l’équipe nationale du Sénégal fait honneur sur le plan continental et international, le football local quant à lui, peine à voir le bout du tunnel depuis belle lurette.Cependant, il y a une fin en toute chose. Et chaque fin est le début d’un nouveau départ, d’un nouveau chapitre. Cet adage, Teungueth FC l’a bien matérialisé en ce début d’année (le 5 janvier, exactement). Le club phare de la ville de Rufisque, a relevé le plus grand défi de l’histoire récente du football sénégalais : replacer le football du pays dans la carte de l’Afrique. Il vient de vaincre le signe indien après une longue et très décevante disette.

Teungueth FC brise le plafond de verre des clubs sénégalais

Telle une lueur d’espoir dans l’obscurité du football sénégalais ! Voilà comment décrire le statut actuel du club rufisquois.
Le 5 janvier 2021, aux lendemains des prières et vœux du nouvel, sûrement avec ceux des saints du quartier « lébou » de Dakar, les jaunes et bleus affrontent en barrages retour de la Ligue des Champions africaine, le Raja Casablanca, club marocain, demi-finaliste de la dernière édition, après un nul (0-0 )au Stade Lat-Dior de Thiès lors du match aller. Sur une pelouse détrempée du Stade Mohamed V de Casablanca,le Téfécé tient en échec le triple vainqueur de la compétition dans le temps réglementaire avant de lui régler son compte à l’issue de la séance des tirs au but (1-3). Ça y est ! Les troupes de Youssou Dabo tiennent leur exploit. Pour sa première participation à la Ligue des Champions, la formation rufisquoise se paye le luxe d’éliminer sur son terrain le Raja de Casablanca , pourtant très ambitieux après leur accession récente au carré d’as de la compétition. Un mardi pour l’éternité, un jour à marquer d’une pierre blanche pour le foot sénégalais. Un exploit en guise de consolidation pour l’équipe qui était partie tout droit vers le titre honorifique de Champion du Sénégal. Un rêve qui s’est vu stopper net par la crise sanitaire qui a secoué le monde.
Il faut dire que le Teungueth FC a bien mérité sa qualification, vu les efforts fournis. Le club de Baye Assane Cissé(capitaine de l’équipe) s’était préparé de toutes les circonstances. « Les expériences vécues par les clubs sénégalais dans le Maghreb nous ont permis de prendre un certain nombre de mesures », rappelle Babacar Ndiaye, le président du club à l’Agence de Presse Sénégalaise (APS).

Mieux encore, le groupe est arrivé 3 jours avant le match, a réservé son propre bus et son propre hôtel. Prudence est mère de sûreté. Pour ne pas «être l’otage de son rival du jour», les Rufisquois ont déjoué le piège souvent tendu par les clubs du Nord aux équipes subsahariennes, qui se plaignaient en grande partie de la vétusté et de la précarité de la logistique dans ces pays d’accueil. Cerise sur le gâteau, ils avaient été portés à leur connaissance que de fortes pluies étaient prévues dans ces lieux. Par conséquent, trois jeux de maillots, des collants mais aussi des chaussures adaptées au temps pluvieux font le voyage avec eux vers la capitale économique du Maroc. «En venant ici, nous savions que des pluies étaient prévues et nous nous sommes préparés en conséquence », a ajouté le président du club. Il est par ailleurs, le chargé de la petite catégorie, lui qui a sûrement su tirer profit de ses périples avec les sélections jeunes en tant que chef de mission.
Un véritable coup de maître. Le club cher au Président Babacar Ndiaye réussit là où ont échoué ces précédents d’un calibre de Jaraaf, Diambars, AS Pikine entre autres…clubs historiques du foot sénégalais.

D’un club de quartier aux phases de poule de la Ligue des Champions !


Pourtant, cela n’a pas été un long fleuve tranquille pour le Teungueth FC. Récupéré d’un club de quartier du nom Diokoul FC par le Président Babacar Ndiaye , le club rampe et gravit un à un les échelons afin de s’inscrire dans la lignée des grands clubs du Sénégal.
Tout débute en 2011, lorsque Babacar Ndiaye, enfant de la commune de Rufisque, revint des États-Unis (avec un passage en France)d’un titre de trader pétrolier, s’armant d’ambitions jusqu’aux dents pour le football, son tout premier amour. Il suit son cœur et son instinct d’amateur qui lui dictent d’investir dans le sport populaire de sa communauté, histoire de rendre à sa ville une partie de la pièce de la monnaie. L’histoire ne pouvait pas débuter aussi belle. D’autant plus que le club est né des cendres d’un club de quartier. Un symbole pour l’unité de la population rufisquoise qui vient de prendre un nouveau tournant. Cette fusion permettra également au peuple de la ville de s’identifier à cette nouvelle institution qui plantera désormais le drapeau de la ville partout dans le globe. De fil en aiguille, après des pieds et des mains, le club poursuit son ascension et écrase tout sur son passage. Il passe de la 4e division à la première (Ligue 1) en moins de 5ans. Un fait inédit sur la scène continentale. Avec à la clé un titre de vice-champion et de champion respectivement en National et en Ligue 2. En 2019, le club remporte la première Coupe du Sénégal de son histoire. Ce qui lui vaut une qualification aux tours préliminaires de la Coupe CAF(équivalent de l’UEFA Europa League).Mais, par faute de «manque de moyens», la formation rufisquoise renonce à participer à cette compétition. Cela pouvait bien s’apparenter à un doute encombrant le projet d’envergure du club. Cependant, il n’en est rien. Car dès l’année suivante, après 13 journées, le TFC caracole en tête du championnat avec 7 points d’avance sur plus proche poursuivant. Le titre lui est promis, mais le coronavirus est passé par là et prive le club rufisquois de son premier sacre national. Néanmoins, il s’est vu offrir légitimement le statut de représentant sénégalais en Ligue des Champions. La suite, on la connaît. L’histoire est tout autant grandiose que croustillante pour un club qui s’était récemment s’extirpé du foot régional pour se hisser en première division.

La qualification du TFC, enfin le déclic pour les clubs sénégalais, façon des sélections jeunes du Sénégal ?


Au pays de la Téranga, le marasme ne se situait pas qu’au niveau des clubs et du football local. Les sélections jeunes du pays ont aussi connu une très ennuyeuse traversée du désert. Avant 2015, le Sénégal ne s’était qualifié que deux petites fois en compétitions de jeunes (U20 et U17 confondues). Ensuite revient la Coupe d’Afrique U20 en 2015 où le Sénégal sera cette fois-ci le pays hôte, donc qualifié d’office. Joseph Koto conduit les troupes et hisse le Sénégal en finale de « sa » compétition perdue contre le Nigeria. Mieux encore, le pays se qualifie en Coupe du Monde de la catégorie en Ukraine et s’offre le luxe d’accéder aux demi-finales pour sa toute première participation. L’histoire est écrite en gros caractères dans les annales du football. Depuis lors, le cap est passé, le Sénégal s’invite régulièrement aux rendez-vous des petites catégories toute compétitions confondues. Ceci peut donner une idée à la structure hiérarchique du football local sur le futur des clubs sénégalais après la performance de Teungueth FC. Mais encore faudrait-il que le TFC réussisse à faire au moins bonne figuration dans les phases de groupe afin d’inspirer les autres clubs sénégalais. Justement, pour les premiers tours, le club de l’une des premières communes du Sénégal compose son groupe avec des mastodontes africaines, à savoir l’Espérance de Tunis (4 fois vainqueur de la Ligue des Champions), le Zamalek(5 trophées dans la reine des compétitions), autre puissance égyptienne à côté d’Al Ahly , et le moins connu des trois, le Mouloudia d’Alger, une fois vainqueur, tout de même. Autant dire que la tâche s’annonce très compliquée mais pas impossible. Un autre défi à la saveur maghrébine vient alors se dresser sur la route des jaune et bleus. Malick Ndoye et compagnie débuteront l’aventure ce 13 février face au club tunisien à Tunis, pour ensuite accueillir les Chevaliers blancs d’Égypte et finir avec le MC Alger pour ce qui concerne la phase aller. 

Chers Rufisquois, à vous de jouer !

Mbaye Sarr.

Source: MediaActu

About the author

Alioune Aboutalib LO