Afrique

Le message triste de Musonda

Avatar
Written by La rédaction

Parti finir sa formation à Chelsea après l’avoir débutée à Anderlecht, Charly Musonda a rapidement été considéré comme un des plus grands espoirs du football belge. Mais le parcours a été semé d’embûches les dernières années pour le joueur de 23 ans.

Sa dernière titularisation remonte d’ailleurs au 18 février 2018 lors d’une rencontre entre le Celtic et St Johnston. Une blessure au genou l’a ensuite éloigné des terrains et son parcours du combattant a alors commencé. “Ca fait quatre ans que je n’ai pas joué deux matchs professionnels de suite, trois ans que j’ai joué mon dernier match pour mon club (Chelsea, ndlr), deux de ces quatre années, j’ai été blessé aux ligaments antérieurs du genou. Rien que du chagrin”, écrit Musonda sur Instagram

Le message complet de Charly Musonda :

«Cela fait quatre ans que j’ai joué deux fois de suite des matchs professionnels, trois ans que je n’ai pas joué pour mon club. Deux de ces quatre dernières années, j’ai été blessé au ligament croisé postérieur du genou. Rien d’autre qu’un chagrin d’amour et une peine de cœur. Les médecins m’ont dit que me faire opérer après une si longue absence serait la fin, une montagne impossible à gravir, voici les mots exacts. Le football me manque tellement, c’est le moins que l’on puisse dire, et je fais tout ce que je peux pour jouer à nouveau.

À tous les enfants qui ont un rêve et qui sont blessés ou qui traversent des épreuves monumentales, n’abandonnez jamais ! Je continuerai à escalader la montagne insurmontable tous les jours pour courir à nouveau avec le football, car il n’y a pas de meilleur sentiment que de prendre quelqu’un et de se sentir vivant.

Jusqu’à ce que ce jour arrive, je continuerai à m’entraîner et à croire à l’impossible retour, parce que les plus grands retours semblent toujours être sans issue, et c’est là qu’il faut creuser profondément et vivre pour raconter l’histoire et ne pas mourir dedans. C’est mon histoire et c’est comme ça que je m’entraîne et que je reste prêt, malgré les obstacles, pour revenir un jour.»

About the author

Avatar

La rédaction