En route vers la Russie !!! n°4

Coupe du Monde

En route vers la Russie !!! n°4

A moins de cinq mois de la coupe du monde, Spectrosport vous offre la nouvelle rubrique “en route vers la Russie” qui vous fournira une vue panoramique sur chaque équipe qui participera à cette fête du football mondial

 

Le Maroc, une équipe qui sait s’adapter à l’enjeu!

Quand on connait la léthargie qui survolait l’équipe du Maroc près de 4 ans en arrière, on devient admiratif devant son évolution fulgurante. Elle a commencé ces éliminatoires avec à sa tête Badou Zaki comme sélectionneur. Ainsi, on a assisté à un début très ambivalent, la victoire de 2-0 à l’allée s’est vue assombrir par une défaite en Guinée équatoriale sur le score d’un but à zéro. Ce résultat mitigé permet tout de même au Maroc d’accéder au deuxième tour, malgré une qualité de jeu très douteuse.

Hervé Renard arrive comme un sauveur pour redonner un second souffle, il succède à Zaki le 16 février 2016 sur le banc des “fennecs”. Sa mission première était de qualifier ses poulains pour les phases finales de la Coupe d’Afrique des nations 2017 au Gabon, chose qu’il a accompli sans grandes difficultés. On a eu un meilleur visage des hommes de Renard avec des phases de jeu séduisantes, une solidarité dans l’effort  et une bonne cohésion entre les anciens et les jeunes.

Ses premiers matchs comptant pour les phases finales de la coupe du monde 2018 restent sans conviction au niveau des résultats, il faut attendre sa troisième confrontation contre le Mali à Rabat pour voir tout le potentiel offensif de cette jeune équipe. Le Maroc s’imposera donc sur un score sans appel de 6-0, une forme de déclic qui a réveillé les espoirs. Les deux duels face à la Côte d’ivoire finissent par convaincre le public sur l’état de forme de cette équipe. Le Maroc décrochera ainsi sa 5e qualification en coupe du monde, une chance pour ce dernier qui revient de loin.

Avec un jeu qui varie selon l’adversaire, Hervé Renard adapte sa tactique selon la confrontation du jour. Tantôt défensif ou offensif, le jeu est plus ou moins alléché. Le plus grand chantier étant la défense, Medhi Benatia s’est chargé d’apporter toute son expérience, ce qui a permis de rendre la défense infranchissable avec un seul but encaissé durant la phase qualificative. Les arrivées de Achrah Akimi (Real Madrid) et de Younes Belhanda (Galatasaray) vont apporter une nouvelle motivation pour l’échéance à venir. La culture de l’effort et le respect des choix tactiques du coach  amènent le Maroc aujourd’hui à être un candidat sérieux pour les prochains enjeux. Hervé Renard étant l’homme des surprises, on est en droit de s’attendre à une nouvelle cartouche de sa part. Le dernier classement Fifa classe le Maroc 1er dans le continent africain et 39eme sur le plan mondial.

L’Iran avec une base technique appréciable souhaite faire mieux que les éditions précédentes

L’Iran fera partie des équipes méconnues de cette prochaine coupe du monde. Pourtant elle concrétise sa 4eme participation dans cette fête mondiale de football. Sa première datant de 1978 marquait les prémices de cette équipe à l’échiquier mondial, elle avait disparu des radars pendant un temps. On ne la retrouvera qu’en 1998 après une longue reconstruction du football iranien. Depuis, elle participe presque régulièrement aux phases finales, sa dernière en date étant en 2014.

C’est une équipe qui sait jouer dans les petits espaces, elle a un sens tactique développé. Cependant, le manque cruel de leader fait défaut dans les prises de responsabilité, ce qui fait qu’elle joue souvent sans grande conviction. Carlos Queiroz, le sélectionneur portugais à la tête de cette équipe a qualifié l’Iran sans aucune difficulté et cette performance laisse entrevoir une certaine maturité dans l’effectif.

Il faudra tout de même prêter attention au jeune Mehdi Taremi, il est doté d’une puissance au niveau de la frappe, une sorte d’avertissement pour les ballons qui traîneront sur la surface. La “Team Melli” compte aussi une arme secrète du nom de Sardar Azmoun, un joueur avec une aisance technique appréciable. Actuellement au Rubin Kazan en Russie, il fait partie des joueurs les plus adulés du public. On classe l’Iran aujourd’hui à la 32eme place au dernier classement Fifa, devant  le Maroc son futur adversaire qui loge dans la même poule.

La messe est dite dans le groupe B, les deux derniers participants de cette poule viennent de clôturer la présentation.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Votre avis?

  Subscribe  
Me notifier des